Le déménagement de thèses du Cycle des études doctorales. Le retour d’expérience de Leticia Santiago

Leticia Santiago travaille à l’ICP depuis 2002. Actuellement secrétaire au CED, elle revient sur son ressenti à l’annonce du déménagement et comment elle se prépare désormais à ce changement.

 

Déménagement des thèses au CEDQuelle a été votre première réaction lorsque vous avez appris le déménagement des services dans le bâtiment Branly ?
Entendre le mot « déménagement » a provoqué des fourmillements dans mon estomac, la colonne vertébrale m’a fait mal, mes cheveux se dont dressés sur ma tête et pour finir la moutarde m’est montée au nez !

J’étais déboussolée et j’avais des tas de questions : où va-t-on aller ? Comment va-t-on faire ? Comment vais-je faire avec mon mal de dos ? Pourquoi ? Nous sommes ici depuis la nuit des temps et nous sommes très bien ! Et puis je n’aime pas les changements !

J’ai très mal réagi à cette perspective. Durant plusieurs jours, cette idée ne m’a pas quittée au point de me gâcher l’existence. Je ne dormais pas ; j’exagère peut-être un peu, ce sont mes origines latines qui se manifestent…

L’annonce passée, comment avez-vous relativisé ce changement ?
Cette situation ne pouvait plus durer longtemps et un samedi matin je me suis posée les questions suivantes : de quoi s’agit-t-il exactement ? Pourquoi est-ce que je me sens comme cela ? Est-ce que les murs du bureau m’appartiennent ?

J’ai décidé de faire un travail sur moi-même. Le problème n’était pas le déménagement à proprement parler mais moi-même ; la solution se trouvait en moi ! Il fallait que je corrige mes pensées, que je fasse face à la situation.

Je n’avais pas de prise sur les changements prévus , ils étaient hors de ma portée alors j’ai objectivé, décidé de réagir sainement et de positiver. J’ai pris ma peur en main pour l’affronter. Oui, c’est un déménagement mais ce n’est pas la fin du monde ! C’est un monde nouveau et l’être humain n’aime pas ça ; l’habitude est une deuxième nature. A partir du moment où je me suis posée la vraie question et que j’ai fait face à ma peur, celle-ci a disparu comme par enchantement. Je me suis sentie libérée et j’ai commencé à communiquer et collaborer avec les collègues responsables du déménagement.

Vous êtes désormais prête à découvrir dans quelques semaines votre nouvel espace de travail ?
Nous ne sommes pas encore dans les nouveaux locaux mais cela n’a pas d’importance ; tout ira bien et qui sait… Il faut lâcher la nourriture de la main pour que l’on puisse prendre à nouveau une nouvelle bouchée. Je tiens particulièrement à remercier Sylvie Keller qui nous a assistés dans ce travail d’archivage maintenant derrière nous. Sans ses compétences, son écoute et sa patience cela aurait été plus difficile. Merci également à Marion Duprey, Serge Sollogoub, Tayeb Kébaïli, Stéphane Guibout, aux personnes de l’accueil et plus généralement à l’équipe des services généraux et à toutes les personnes extérieures qui nous ont aidés dans ce travail.

Nous sommes une équipe qui doit être solidaire.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *